SILQ 2018 | Présence du religieux Reviewed by Hugues St-Pierre on . À l’occasion du Salon international du livre de Québec 2018, je me suis frayé un chemin à travers les différents kiosques d’éditeurs et de distributeurs de livr À l’occasion du Salon international du livre de Québec 2018, je me suis frayé un chemin à travers les différents kiosques d’éditeurs et de distributeurs de livr Rating: 0
Vous êtes ici:Accueil » Critiques » SILQ 2018 | Présence du religieux

SILQ 2018 | Présence du religieux

À l’occasion du Salon international du livre de Québec 2018, je me suis frayé un chemin à travers les différents kiosques d’éditeurs et de distributeurs de livres en quête de religieux et de spirituel. Contrairement à l’édition 2017, où j’avais l’impression de n’y voir que les dieux de la cuisine, du pop yoga et de la méditation de « performance », l’édition 2018 m’a semblé plus riche. Dans ce court texte, je propose un petit survol quant à la place du religieux au SILQ, suivi d’une sélection d’ouvrages ayant attiré mon attention.

Les gros joueurs

L’un des principaux éditeurs catholiques, Médiaspaul, était bien représenté au Salon. Il possédait un kiosque de taille similaire que les années précédentes. J’y ai évidemment trouvé certains des ouvrages reçus en copie de presse par La Montagne des dieux, comme Une flamme à transmettre, Seul l’amour a de l’avenir ou encore L’Éternité, rêve ou réalité?. Je vous invite d’ailleurs à jeter un œil à notre nouvelle section dédiée aux livres reçus de la part d’éditeurs. Plusieurs nouveautés publiées chez Médiaspaul s’y trouvent.

En matière de nouvel âge, mentionnons que les Éditions du Dauphin blanc étaient bien présentes; un mélange d’ouvrages sur la santé, la psychopop et la spiritualité en tout genre s’y côtoyait.

Prosveta, éditeur du défunt Omraam Mikhaël Aïvahov, était aussi de la partie. Je salue la capacité à cet éditeur de proposer de nouveaux produits malgré que ce chef spirituel et fondateur de la Fraternité blanche universelle soit mort en 1986.

Le kiosque de Prosveta.

Les éditions ADA œuvrent principalement dans deux créneaux : le spirituel nouvel-âge et la fantasy jeunesse. À moins que j’ai mal analysé, il m’a paru que l’aspect nouvel âge était beaucoup moins présent. Normalement, les jeux de cartes divinatoires sont mis de l’avant. Lors de mon passage, je n’ai rien remarqué de tel. Peut-être que mon esprit m’a joué des tours, puisque mon intérêt personnel était surtout orienté vers le kiosque du pays mis à l’honneur, ainsi que vers les ouvrages de patrimoine religieux. La spiri-pop ne m’a pas interpelé cette année, car j’ai l’impression qu’il y a eu peu de mouvement original de ce côté-là du milieu de l’édition. Du déjà-vu…Pays à l’honneur : le Maroc

Le Maroc était le pays invité à l’honneur du SILQ 2018. Au kiosque dédié aux auteurs d’origine marocaine, j’ai ciblé plusieurs ouvrages portant sur la religion. Les thématiques étaient très variées, qu’il s’agit d’islam au sens général, de féminisme, de philosophie musulmane, de judaïsme, etc. En dehors du religieux, le nombre en apparence élevé de livres de management a marqué ma visite du kiosque.

Au kiosque dédié aux auteur.e.s marocain.e.s, les ouvrages sur le religieux côtoyaient ceux en management, en linguistique et en autres sciences appliquées. Une sélection intéressante de livres pour enfants y était aussi présentée.

Le patrimoine religieux

Les œuvres qui ont le plus attiré mon attention sont les livres portant sur le patrimoine religieux québécois. Je pense notamment aux Éditions GID avec Les pierres tombales nous parlent, de Brigitte Garneau et Les presbytères anciens du Québec de Claude Ferland, ou encore aux Presses de l’Université Laval, Le patrimoine des communautés religieuses, sous la direction d’Éthienne Berthold. Une de mes trouvailles favorites au SILQ 2018 est sans conteste le magnifique livre photo de Gilles Gallichan, L’église Saint-Charles de Limoilou : témoin d’histoire et chantier d’avenir, publié chez Septentrion. L’auteur était d’ailleurs sur place au moment de ma visite.

Coup de cœur

Pour terminer ce tour d’horizon, voici une sélection en vrac de mes coups de cœur du SILQ 2018.

Mark frustink, Le saint patron des merveilles, Québec, Alto, 2017.

Jillali el Adnani, Mosquée de Paris. Œuvre marocaine et patrimoine mondial, Casablanca, Éditions La Croisée des chemins, 2017.

Asma Lamrabet, Croyantes et féministes. Un autre regard sur les religions, Casablanca, Éditions La Croisée des chemins, 2017.

Étienne Berthold (dir.), Le patrimoine des communautés religieuses, Québec, Presses de l’Université Laval, 2018.

Guy Ménard, Religion et sexualité à travers les âges, Québec, Presses de l’Université Laval, 2017.

Denis Jeffrey et Martine Roberge (dir.), Rites et identités, Québec, Presses de l’Université Laval. 2018.

Gilles Gallichan, L’église Saint-Charles de Limoilou : témoin d’histoire et chantier d’avenir, Québec, Septentrion, 2018.


A propos de l'auteur

Cofondateur

Hugues St-Pierre est diplômé en philosophie ainsi qu’en sciences des religions, programme dans lequel il poursuit aujourd'hui à la maîtrise. Ses intérêts sont principalement orientés vers les analyses discursives, la sexualité et les phénomènes religieux contemporains. Un faible penchant pour la philosophie et l'anthropologie des religions se fait aussi sentir. En tant qu'homme d'idée, Hugues St-Pierre est toujours sur la route de l'univers des possibles à la recherche de projets ambitieux. Il est, entre autres, l'instigateur et l'un des quatre cofondateurs du site Internet de LMD.

Nombre d'entrées : 33

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page