Fédération des Québécois de souche : menace réelle ou fictive? Reviewed by Hugues St-Pierre on . Mercredi dernier, nous pouvions lire sur le site du Journal de Québec un article au sujet d'autocollants de la Fédération des Québécois de souche apposés dans l Mercredi dernier, nous pouvions lire sur le site du Journal de Québec un article au sujet d'autocollants de la Fédération des Québécois de souche apposés dans l Rating: 0
Vous êtes ici:Accueil » Blogues » Fédération des Québécois de souche : menace réelle ou fictive?

Fédération des Québécois de souche : menace réelle ou fictive?

Mercredi dernier, nous pouvions lire sur le site du Journal de Québec un article au sujet d’autocollants de la Fédération des Québécois de souche apposés dans la vitrine de l’épicerie Mon Afrique, au Saguenay. Sur ces collants (tout comme sur le site Internet de ladite Fédération), on peut y lire la mention « 0 % Halal, 0 % Casher, 100 % Québécois ». Ce n’est pas la première fois que ces collants ciblent des lieux où vivent des immigrants ou des commerces gérés par des immigrants saguenéens. Que penser de cette campagne facilement qualifiable de haineuse? Doit-on craindre pour nos concitoyens?

À mon avis, ce groupe n’est pas dangereux. Il s’agit peut-être même de quelques individus « seulement » racistes littéralement convaincus par une mission nationaliste. Soyons réalistes. Tout d’abord, ce ne sont pas de petits collants qui vont bousculer l’économie kasher et halal du Québec. Ensuite, combien d’individus gèrent ce projet et quelles sont leurs activités en dehors d’un site Internet et des collants? Après tout, chaque personne ayant accès à Internet et à une carte de crédit peut acheter un ou des noms de domaines et ainsi créer un ou des sites Internet. Moi-même, j’en possède minimum cinq, et ce, sans compter les inactifs!

Ce qui est dangereux, c’est l’image en elle-même qui est véhiculée par cette campagne de haine. Mais aussi les conséquences (psychologiques?) que cette même image peut avoir sur l’identité des gens et sur la perception d’autrui. Cela contribue aussi, je crois, à une montée de paranoïa collective au sujet d’un fantôme qui n’existe pas. Argument de simili-autorité : l’émission Enquête a prouvé que l’islam radical n’existe pas vraiment au pays… Le complot juif serait-il plus subtil que le complot islamiste québécois? J’en doute! Malgré tout, l’effet existe et il fait mal à bien des gens. Et c’est absurdement malheureux.

Solution? Évitez de donner de la crédibilité à la « Fédération » et leurs amis (Poste de veille par exemple)… Évitons de montrer un sentiment de peur et d’inquiétude. Ne serait-ce pas cette publicité de la peur vécue qui rendrait plausible ces actions néfastes pour la société?

Mon opinion est qu’il s’agit en réalité d’une situation similaire à une goutte d’eau qui tombe dans un océan, c’est-à-dire pas grand-chose. Il faut ignorer ces gens et ne pas les publiciser. Je suis persuadé que le site va disparaître de lui-même, parce que son ou ses gestionnaires ne renouvelleront pas leur nom de domaine (l’URL) par oubli ou par simple désintéressement de leur « grand projet ». Par ailleurs, je serais curieux de connaître les statistiques du site Internet de la « Fédération ». Est-ce un site vraiment consulté? Je serais doublement curieux de connaître le taux de visite attribuable aux opposants de cette page web. L’objectif des visiteurs est-il de contrer l’existence du site? Est-ce un site vraiment consulté de manière idéologique?

Toutefois, considérant la bonne vieille théorie du chaos selon laquelle un simple battement d’ailes de papillon peut occasionner un ouragan (ou la fin du monde), il faut réfléchir sur le sujet afin d’éviter de multiples éclosions d’initiative similaire. Un seul site web peut créer une énorme vague même si un seul individu est derrière sa gestion. Parlons-en, mais évitons de leur donner ce qu’ils veulent : de l’inquiétude.

Marcellin Gbazaï, propriétaire de l'épicerie Mon Afrique au Saguenay, pointe un autocollant de la Fédération des Québécois de souche dans la vitrine de son commerce | Photo : via le Journal de Québec

Marcellin Gbazaï, propriétaire de l’épicerie Mon Afrique au Saguenay, pointe un autocollant de la Fédération des Québécois de souche dans la vitrine de son commerce | Photo : via le Journal de Québec

 

 

A propos de l'auteur

Cofondateur

Hugues St-Pierre est diplômé en philosophie ainsi qu’en sciences des religions, programme dans lequel il poursuit aujourd'hui à la maîtrise. Ses intérêts sont principalement orientés vers les analyses discursives, la sexualité et les phénomènes religieux contemporains. Un faible penchant pour la philosophie et l'anthropologie des religions se fait aussi sentir. En tant qu'homme d'idée, Hugues St-Pierre est toujours sur la route de l'univers des possibles à la recherche de projets ambitieux. Il est, entre autres, l'instigateur et l'un des quatre cofondateurs du site Internet de LMD.

Nombre d'entrées : 31

Commentaires (3)

  • Edith Langlois

    Ne pas en parler est à double tranchant… ils peuvent s’organiser en douce et grossir. Si on en parle… c’est de la publicité! D’ailleurs croire que ce site va fermer par soi-même c’est un peu rêver… ça fait presque 8 ans que la FQS fait son chemin…et leur liste de collaborateurs est assez inquiétante, récemment ils ont collaboré avec Alexandre Dugin proche du Kremlin et plusieurs grosses figures politiques et intellectuelle de l’extrême-droite!! Que dire aussi sur le fait qu’ils ont une tribune sur Vigile!

    J’ai aussi un ami qui travail en informatique et un site du genre coûte plusieurs milliers de dollars… le travail visuel et video est aussi significatif. Ne pas s’inquiéter du phénomène serait une absurdité!

    Plusieurs sous-groupes semblent voir le jour aussi…et on parle ouvertement contre l’immigration et le multiculturalisme chose impensable il y a 5-6 ans. Je veut pas faire ma paranoïaque mais le fait que le site n’est pas inquiété par les autorités me fait craindre le pire, soit ils ont des amis bien placés ou alors ils connaissent très bien les limites de la loi. Un cas comme dans l’autre ça fait peur!

    On a pas affaire à des «ti-counes»… le pire c’est que personne dans la gauche intellectuelle ne semble en mesure de contrer ou critiquer l’argumentation de la FQS… ils se contentent de crier «racisme» «nazis» «fachos» … et c’est le signe d’un abandon et d’une stupidité franchement navrant!!

    «Entk moé je capote!!» comme dirais mon petit voisin!!

    Répondre
  • Hugo

    Article nul à chier… Blanc = méchant , noir = gentil. Vous en avez pas marre de votre rengaine éternelle de gauchiste??

    Répondre
    • Hugues St-Pierre

      Monsieur Hugo, laissez-moi répondre à votre commentaire en quatre points:
      1)      Merci d’avoir lu et donné votre opinion sur ce billet de blogue. J’en déduis qu’il s’agit de votre première visite sur La Montagne des dieux.
      2)      Pourriez-vous me dire où, dans l’article, il est question que les blancs soient accusés d’être des méchants et que les noirs d’être des gentils? Vous auriez dû comprendre, dans le pire des cas, que la cible est un regroupement de personnes et non des gens d’une certaine couleur de peau. Bien sûr, considérant que la « Fédération » est contre l’immigration et qu’elle voit dans les immigrants une source de dangers, il est inhérent que les membres de ladite fédération soient blancs. Toutefois, les immigrants ne sont pas tous de peau noire. Pensons aux immigrants allemands, écossais, irlandais, français, norvégiens, etc.. La fédération est-elle sélective à l’égard de ses méchants conquérants d’outre-mer? J’aimerai bien qu’on m’éclaire à ce sujet. Par ailleurs, personnellement, je suis indifférent quant à la couleur de peau de mes concitoyens. Pour moi, un connard est un connard. Qu’il soit brun ou mauve. À cet égard, je vous suggère de lire mon billet de blogue suivant : http://montagnedesdieux.com/le-dos-large-religieux/
       
      3)      Si je suis votre logique, supposer que la Fédération des Québécois de souches n’est qu’un regroupement de gens alimentés d’une mission nationaliste qui sont sans dangers réels pour les personnes visées par leur campagne signifie d’emblée qu’il s’agit d’un texte à saveur politique? À mon avis, la volonté d’un vivre ensemble sain n’appartient pas à un axe d’idéologie politique. Par ailleurs, mes intentions à la rédaction du texte n’était aucunement politique.
      4)   Le but de ce billet est justement de favoriser la cessation de ce genre de commentaires… et d’ouvrir un dialogue sain.

      Répondre

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page