Jeudi 24 mars – Judaïsme : Pourim Reviewed by Marie-Hélène Dubé on . [caption id="attachment_3335" align="alignleft" width="217"] La reine Esther | Artiste : Edwin Long[/caption] Pourim est la « fête des sorts », du renversement [caption id="attachment_3335" align="alignleft" width="217"] La reine Esther | Artiste : Edwin Long[/caption] Pourim est la « fête des sorts », du renversement Rating: 0
Vous êtes ici:Accueil » Calendrier des fêtes » Jeudi 24 mars – Judaïsme : Pourim

Jeudi 24 mars – Judaïsme : Pourim

La reine Esther | Artiste : Edwin Long

La reine Esther | Artiste : Edwin Long

Pourim est la « fête des sorts », du renversement du sort en faveur des juifs et de l’action de la Providence – le mot pourim vient du persan pour « sort ». Cette fête juive, qui se rapproche d’un carnaval, a sa source dans le livre d’Esther, qui est lu le matin et le soir de cette journée.

L’histoire est la suivante : le roi perse Assuérus, régnant à cette époque sur Israël, pris pour épouse Esther, une jeune femme juive, tout en ignorant qu’elle était juive. Le premier ministre d’Assuérus, nommé Haman, fut insulté par le refus d’un juif (et parent d’Esther), Mardochée, de s’incliner devant lui. À la suite de cet événement, il tira au sort une date (le 13 Adar) et fomenta un complot pour exterminer tous les juifs lors de ce jour. Apprenant cela, Esther demanda à son peuple de jeûner pendant trois jours pour lui attirer les faveurs divines et, prenant son courage à deux mains, rencontra le roi pour lui révéler le complot d’Haman. Le roi était redevable envers Mardochée, car ce dernier l’avait sauvé d’un autre complot. De plus, Esther révéla à ce moment son identité juive. Ainsi, Assuérus fit pendre Haman à la place de Mardochée, qui devint ministre, et les juifs eurent le droit de se défendre contre leurs attaquants. Ils furent ainsi sauvés du massacre, grâce au courage d’Esther.

Des "oreilles d'Haman", Hamantaschen

Des « oreilles d’Haman », Hamantaschen

Cette histoire est donc célébrée le 14 Adar, lendemain de la date fatidique. Lors de la lecture du livre d’Esther, les auditeurs doivent taper du pied et faire du bruit (avec des crécelles entre autres) à chaque fois que le nom du méchant Haman est prononcé. Pendant la fête, en après-midi, on mange d’ailleurs des pâtisseries appelées « oreilles d’Haman », on brûle une effigie de ce vilain homme et on s’enivre au point de ne plus pouvoir distinguer « maudit soit Haman » de « béni soit Mardochée ».

Il faut également envoyer des cadeaux à ses amis, dont deux repas complets à une personne du sexe opposé, et faire des dons aux pauvres. Finalement, les déguisements et les masques sont couramment utilisés dans cette occasion festive et exubérante.

D’un point de vue moins joyeux toutefois, Pourim est la commémoration de la naissance de l’antijudaïsme et considéré comme un devoir de mémoire de l’antisémitisme.

Références

Bokobza, Hervé Élie. 2012. « Pûrîm ». ». Dans Courau, Thierry-Marie et Henri de La Hougue (dir.). Rites. Fêtes et célébrations de l’humanité : 189-197. Paris : Bayard.

Falcon, Ted (rab.), David Blatner et Josy Eisenberg. 2008. « Pourim : cherchez la femme ». Le judaïsme pour les nuls : 281-287. Paris : Éditions First.

‛Habad-Loubavitch. [S. d.]. « Qu’est-ce que Pourim? ». Chabad.org. En ligne. [http://www.fr.chabad.org/library/article_cdo/aid/648677/jewish/Quest-ce-que-Pourim.htm]. Consulté le 2 mars 2015.

Ringer, Benjamin (rab.). [S. d.]. « Pourim l’insaisissable ». Lamed.fr. En ligne. [http://www.lamed.fr/index.php?id=1&art=185]. Consulté le 2 mars 2015.

A propos de l'auteur

Collaboratrice

Après avoir complété son baccalauréat en sciences des religions, Marie-Hélène s’est lancée dans une maîtrise en communication publique. Ses disciplines favorites sont l’anthropologie et la philosophie des religions. Elle s’intéresse beaucoup aux rapports entre religion et culture, aux rituels et aux fêtes. Les rapports au corps et au langage, ainsi qu’à la mort constituent d’autres de ses dadas. Finalement, elle a un faible pour les mythologies amérindiennes et scandinaves, tout en cultivant un intérêt certain pour les religions chinoises. Éclaté, vous avez dit?

Nombre d'entrées : 121

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page