Samedi 9 juillet – Foi bahá’íe : Martyre du Báb Reviewed by Marie-Hélène Dubé on .   Sayyid ‘Alī Muhammad Sīrāzī est né le 20 octobre 1819 dans la ville de Shiraz, en Perse (Iran actuel). À l’âge de 25 ans, il annonce être chargé d’une mi   Sayyid ‘Alī Muhammad Sīrāzī est né le 20 octobre 1819 dans la ville de Shiraz, en Perse (Iran actuel). À l’âge de 25 ans, il annonce être chargé d’une mi Rating: 0
Vous êtes ici:Accueil » Calendrier des fêtes » Samedi 9 juillet – Foi bahá’íe : Martyre du Báb

Samedi 9 juillet – Foi bahá’íe : Martyre du Báb

 

Sayyid ‘Alī Muhammad Sīrāzī est né le 20 octobre 1819 dans la ville de Shiraz, en Perse (Iran actuel). À l’âge de 25 ans, il annonce être chargé d’une mission et prend le nom de Báb, « porte ». Préparant la venue d’un futur prophète (Bahá’u’lláh), il fut rapidement suivi par un grand nombre de gens. Devant la popularité de la foi bábíe, le clergé et le gouvernement persan arrêtèrent le Báb et l’emprisonnèrent à Tabriz. Il fut fusillé publiquement avec l’un de ses disciples le 9 juillet 1850 à midi, à l’âge de 30 ans. Alors qu’un premier peloton d’exécution, composé de chrétiens arméniens, fit feu sur les deux détenus pendus à des cordes, la fumée très dense obscurcit la vue des curieux massés sur la place. Lorsqu’elle se dissipa, les témoins constatèrent que les cordes avaient été sectionnées par les balles, le Báb n’était plus là et son disciple était toujours vivant. Le prophète fut retrouvé dans sa cellule, confiant ses dernières instructions à un secrétaire. Lorsqu’il fut amené une deuxième fois devant les soldats, il annonça : « Vous pouvez maintenant accomplir votre travail » (BIBF, 2008 : 19). Une deuxième peloton d’exécution composé de musulmans (les chrétiens arméniens ayant refusé de faire feu une deuxième fois) mit fin à la vie du Báb et de son jeune compagnon.

Le mausolée du Báb

Le mausolée du Báb

Le corps du prophète repose dans un mausolée sur le Mont Carmel, à Haïfa (Israël).

Le 9 juillet est donc une occasion de commémoration pour les bahá’ís du monde entier qui, s’ils en ont l’occasion, ne travaillent pas ce jour-là. La commémoration officielle a normalement lieu vers midi. Des rassemblements, des prières et de la musique accompagnent généralement l’histoire de la vie du Báb.

 

Références

Bureau d’information des bahá’ís de France (BIBF). 2008. Les bahá’ís : 18-19. Paris : Librairie bahá’íe.

Communauté bahá’íe du Canada. 2010. « Le martyre du Báb ». Service canadien de nouvelles bahá’íes. En ligne. [http://www.bahainews.ca/fr/100708-lemartyredub%C3%A1b]. Consulté le 8 juillet 2014.

Enregistrer

A propos de l'auteur

Collaboratrice

Après avoir complété son baccalauréat en sciences des religions, Marie-Hélène s’est lancée dans une maîtrise en communication publique. Ses disciplines favorites sont l’anthropologie et la philosophie des religions. Elle s’intéresse beaucoup aux rapports entre religion et culture, aux rituels et aux fêtes. Les rapports au corps et au langage, ainsi qu’à la mort constituent d’autres de ses dadas. Finalement, elle a un faible pour les mythologies amérindiennes et scandinaves, tout en cultivant un intérêt certain pour les religions chinoises. Éclaté, vous avez dit?

Nombre d'entrées : 121

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page