Vendredi 1er janvier – Shintoïsme : Gantan-sai (Nouvel an) Reviewed by Marie-Hélène Dubé on . [caption id="attachment_2812" align="alignright" width="300"] La file d'attente devant un temple shinto au jour du 1er janvier.[/caption] Les Japonais fêtent le [caption id="attachment_2812" align="alignright" width="300"] La file d'attente devant un temple shinto au jour du 1er janvier.[/caption] Les Japonais fêtent le Rating: 0
Vous êtes ici:Accueil » Calendrier des fêtes » Vendredi 1er janvier – Shintoïsme : Gantan-sai (Nouvel an)

Vendredi 1er janvier – Shintoïsme : Gantan-sai (Nouvel an)

La file d'attente devant un temple shinto au jour du 1er janvier.

La file d’attente devant un temple shinto au jour du 1er janvier.

Les Japonais fêtent le nouvel an selon le calendrier grégorien, c’est-à-dire le 1er janvier. Il s’agit pour eux de la fête la plus importante de l’année. On s’y prépare plusieurs jours à l’avance, car il faut régler toutes ses dettes et faire un grand ménage avant l’arrivée de la nouvelle année, et celle d’un kami (esprit). Traditionnellement, on prépare aussi la nourriture à l’avance, car on ne doit pas cuisiner lors des trois premiers jours de janvier, afin de ne pas déranger le kami qui est entré dans la maison lors du nouvel an. À l’époque actuelle, les magasins vendent des mets préparés d’avance à cette fin.

Les Japonais sont également très nombreux à visiter un temple shinto ou bouddhique vers minuit ou au matin du 1er janvier. Ils vont y prier et demander au kami une bonne année à venir. On sert généralement dans les temples, à cette occasion, du saké chaud ou du thé. À minuit tapant, les cloches des temples bouddhiques sont sonnées 108 fois, afin de purifier ceux qui les entendent des 108 péchés reconnus par le bouddhisme.

Des mochis et une orange pour le kami

Des mochis et une orange pour le kami

La tradition veut qu’on prépare des mochis (gâteaux de riz gluant fourrés d’une pâte de haricots sucrée) pour le nouvel an, et qu’on en laisse sur l’autel du kami avec une orange ou une autre douceur. On envoie aussi de nombreuses cartes postales et on offre des présents aux enfants : des raquettes de badminton pour les filles et des cerfs-volants pour les garçons.

La journée du 1er janvier est généralement consacrée à la famille proche. Les amis et voisins sont visités dans les deux jours suivants. Le deuxième jour de la nouvelle année, on en profite pour réaliser une activité ou une tâche – la calligraphie par exemple-, car on dit que le faire lors du 2 janvier aide à son amélioration.

Références

BBC. 2009. « Oshogatsu (New Year) ». BBC – Religions. En ligne. [http://www.bbc.co.uk/religion/religions/shinto/holydays/oshogatsu.shtml]. Consulté le 31 décembre 2014.

Shiota, Taeko. [S. d.]. « Japanese New Year ». Asia Society. En ligne. [http://asiasociety.org/japanese-new-year]. Consulté le 31 décembre 2014.

A propos de l'auteur

Collaboratrice

Après avoir complété son baccalauréat en sciences des religions, Marie-Hélène s’est lancée dans une maîtrise en communication publique. Ses disciplines favorites sont l’anthropologie et la philosophie des religions. Elle s’intéresse beaucoup aux rapports entre religion et culture, aux rituels et aux fêtes. Les rapports au corps et au langage, ainsi qu’à la mort constituent d’autres de ses dadas. Finalement, elle a un faible pour les mythologies amérindiennes et scandinaves, tout en cultivant un intérêt certain pour les religions chinoises. Éclaté, vous avez dit?

Nombre d'entrées : 121

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page