Compte-rendu du livre «Val Notre-Dame, l’abbaye dans les bois» Reviewed by Éric Laliberté on . L’abbaye Val Notre-Dame… « pour faire signe ». Depuis février 2009, les frères trappistes d’Oka ont emménagé dans un nouveau monastère : Val Notre-Dame. Ce bâti L’abbaye Val Notre-Dame… « pour faire signe ». Depuis février 2009, les frères trappistes d’Oka ont emménagé dans un nouveau monastère : Val Notre-Dame. Ce bâti Rating: 0
Vous êtes ici:Accueil » Critiques » Compte-rendu du livre «Val Notre-Dame, l’abbaye dans les bois»

Compte-rendu du livre «Val Notre-Dame, l’abbaye dans les bois»

L’abbaye Val Notre-Dame… « pour faire signe ».

Depuis février 2009, les frères trappistes d’Oka ont emménagé dans un nouveau monastère : Val Notre-Dame. Ce bâtiment moderne marqué par son ouverture sur la nature est érigé en pleine forêt, dans la région de Lanaudière, à St-Jean-de-Matha. Loin de l’agitation quotidienne des grandes villes, l’abbaye offre l’environnement idéal pour qu’advienne cette rencontre entre nature et spiritualité. Anselm Grün écrit à ce propos, soulignant le travail de l’architecte Pierre Thibault : « La nature et le monastère ne font qu’un. (p. 123) » C’est ce qu’ont d’ailleurs voulu transmettre les photographes Bruno-Jean Rotival et frère Bruno-Marie Fortin. À travers ce livre, les images témoignent d’un environnement et d’une présence cistercienne incomparable.

Bruno-Jean Rotival est photographe depuis plus de 30 ans. La photo en milieu monastique accapare une grande partie de sa passion. Il est d’ailleurs l’auteur en image de Le choix du silence, un recueil de 140 photos en noir et blanc paru aux éditions Zodiaque en 2015. Frère Bruno-Marie est pour sa part historien de formation et ses talents en photographie se dévoilent à travers ce recueil. Ensemble, ils ont fait ce travail tout en finesse.

Comme l’écrit Gabriel Ringlet en préface : « Ce livre aussi vous voit. Regardez-le vous voir de tous vos sens. Parce que les textes et les photos qui sont là, il faut aussi les entendre, les sentir, les goûter, les toucher. C’est qu’il chante ce livre, comme à l’office» (p. 11).  En effet, ce recueil fait plonger dans l’ambiance de l’âme cistercienne. Impossible de le feuilleter à la sauvette! Chaque image appelle, absorbe, faisant monter intérieurement ces chants typiques aux cisterciens. Leurs images ont su capter l’esprit qui habite Val Notre-Dame : celui d’une présence divine immanente, dans toute la saveur de l’incarnation.

Au fil de ces pages, la Règle de saint Benoit est bien présente. Elle habite, par quelques citations choisies, chaque recoin de ce livre. Ces brefs rappels trouvent un écho parmi les textes qui appuient le travail des photographes. Des textes dont la sensibilité et la riche réflexion entraînent un peu plus loin dans cette contemplation silencieuse du monastère lanaudois. Chacun de ces écrits permet un temps d’enracinement dans l’expérience qu’offre ce livre. Tour à tour, ils font découvrir l’histoire, l’âme et le long travail de discernement qui ont mené au déplacement de l’abbaye.

Les auteurs de ces textes, dont la plume est à l’image de leur charisme respectif, alimentent le parcours de ce recueil en offrant différentes perspectives, différents tons, différentes couleurs : Gabriel Ringlet, Jean-Marc Chéné, Yvon Joseph Moreau, Pierre Thibault, André Barbeau, Gilles Routhier, Anselm Grün et François Patenaude, du groupe Les Zapartistes. Parmi ceux-ci, retenons certains passages qui soulèvent la question ambigüe d’une telle construction.

Dans un contexte déclinant sur plusieurs plans, construire une abbaye relève de la gageure perdue d’avance. Comment justifier un tel investissement? André Barbeau, Père Abbé de l’abbaye d’Aiguebelle en France et Père immédiat de Tibhirine, répond : « Une communauté de moines n’existe pas pour faire nombre, mais pour faire signe» (p. 73); signe d’une présence qui peut encore dire quelque chose pour notre époque. À ce sujet, Gilles Routhier, doyen de la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l’Université Laval, enchaîne un peu plus loin en écrivant : « Alors que les liens sociaux, celui de la fraternité en particulier, sont aujourd’hui mis à mal dans la société québécoise, que des jeunes expérimentent de nouvelles façons de vivre ensemble sans toujours y arriver, il est urgent d’offrir le témoignage et le signe parlant de la fraternité » (p. 109). Une présence que les frères ne cessent d’actualiser par une présence attentive aux enjeux de leur temps, en tissant des liens fraternels avec la communauté musulmane de la région, ou encore par un intérêt renouvelé pour le travail de la terre.

Conscients des limites qui viennent avec l’âge, le travail des frères a pris un nouveau visage. Fidèles à leur tradition culinaire, ils ont relevé le défi – moins exigeant physiquement – de la mycologie et la permaculture.

Passant du fromage aux produits de la forêt, tout en conservant leur raffinement, les frères de l’abbaye continuent de faire découvrir les saveurs de la vie. François Patenaude, responsable du développement des produits forestiers comestibles de l’abbaye, rapporte que chaque été « des formateurs sont présents à l’abbaye du début de juin à la mi-octobre pour faire découvrir les saveurs forestières et familiariser les touristes de passage et les habitants de la région avec la nature environnante» (p. 191).  Autre temps, autre lieu, mais les cisterciens demeurent toujours signe du bon goût de la vie.

En terminant, Bruno-Jean Rotival rappelle au lecteur l’étymologie de photographie : « écriture avec la lumière ». Par ce volumineux ouvrage, Bruno-Jean Rotival et frère Marie-Bruno Fortin ont réussi ce pari : celui d’écrire avec la lumière, jouant avec des ombres et des éblouissements, l’histoire courageuse d’une communauté qui continue d’être signe, lumière dans le monde, même quand tout semble s’achever…

Un compte-rendu d’Éric Laliberté

Bruno-Jean Rotival et Bruno-Marie Fortin, o.c.s.o. 2017. Val Notre-Dame, l’abbaye dans les bois. Montréal : Éditions Médiaspaul. 256 pages.

ISBN : 9782897600877
Prix :
59,95 $ CND | 48,00 €

A propos de l'auteur

Collaborateur

Éric Laliberté est doctorant en théologie et agit comme observateur-participant dans le milieu du pèlerinage de longue randonnée, au Québec et en Europe, depuis une dizaine d'années. Il est directeur et cofondateur du centre de formation et d'accompagnement: Bottes et Vélo - Le pèlerin dans tous ses états, un centre visant à soutenir le pèlerin dans sa démarche. Actuellement, ses recherches s'intéressent à l'absence d'accompagnement spirituel du pèlerin-randonneur. Rédacteur d’un blogue portant sur le sujet, il est également l’auteur d’un roman voulant explorer l’expérience du pèlerinage à Compostelle, Le champ d’étoiles. Il est également membre étudiant de la Chaire Jeunes et religions de la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l'Université Laval.

Nombre d'entrées : 3

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page