Compte-rendu du livre « Communautés chrétiennes du Ier siècle » d’Édouard Cothenet Reviewed by Steeve Bélanger on . Professeur émérite à l’Institut catholique de Paris et prêtre du diocèse de Bourges où il continue d’assurer la formation biblique, Édouard Cothenet est égaleme Professeur émérite à l’Institut catholique de Paris et prêtre du diocèse de Bourges où il continue d’assurer la formation biblique, Édouard Cothenet est égaleme Rating: 0
Vous êtes ici:Accueil » Critiques » Compte-rendu du livre « Communautés chrétiennes du Ier siècle » d’Édouard Cothenet

Compte-rendu du livre « Communautés chrétiennes du Ier siècle » d’Édouard Cothenet

Cothenet-communauté-chrétienneProfesseur émérite à l’Institut catholique de Paris et prêtre du diocèse de Bourges où il continue d’assurer la formation biblique, Édouard Cothenet est également connu pour sa longue et précieuse collaboration aux Cahiers Évangile pour lesquels il a rédigé plusieurs numéros. Dans son dernier ouvrage, Communautés chrétiennes du Ier siècle, le père Cothenet livre une très agréable et accessible synthèse sur l’origine et la diversité des premières communautés chrétiennes qui se sont développées au cours du premier siècle de notre ère. Bien que conservateur dans le traitement des données historiques qu’il présente et évitant de trop entrer dans les débats historiographiques complexes – et souvent inutiles pour la majorité de lecteurs auxquels il s’adresse – qui divisent la recherche sur les origines du christianisme, Édouard Cothenet dresse magnifiquement dans cet ouvrage un portrait du cadre historique, politique, et religieux dans lequel se sont développées les premières communautés chrétiennes : d’abord à l’ombre du Temple de Jérusalem, puis dans les diverses cités de l’Empire romain (Antioche, Corinthe, Éphèse, Rome).

À l’heure où les chrétiens d’Orient, héritiers des communautés chrétiennes primitives, subissent diverses épreuves, Édouard Cothenet désire d’abord rappeler que les premiers chrétiens étaient principalement des Juifs d’Orient et que le christianisme ne représentait qu’un courant minoritaire au sein d’un judaïsme pluriel, mais unitaire, malgré les tensions qui opposaient les divers courants entre eux tel que le montrent les œuvres de Flavius Josèphe et les manuscrits de Qumrân. Au cours du Ier siècle, le judaïsme, qui continuait son expansion et son prosélytisme en direction des gentils, était bien implanté dans les diverses cités de l’Empire romain, notamment à Alexandrie, et pétri d’hellénisme comme le montre bien l’œuvre de Philon d’Alexandrie. C’est également durant cette période que les Juifs sont entrés en conflit avec Rome, opposition qui s’est soldée par la destruction du Second Temple de Jérusalem et la répression de certaines communautés juives qui se sont soulevées contre l’autorité impériale.

C’est dans ce contexte que s’est formée la communauté primitive de Jérusalem – d’abord sous l’autorité de Pierre, puis de Jacques le Juste, frère du Seigneur – et dont les premiers pas nous sont principalement rapportés par les Actes des apôtres et par les épîtres pauliniennes, pétriniennes et pastorales. C’est à partir de cette communauté que se sont mis en place les premières structures d’organisation et de culte des communautés et que se mis en branle un vaste mouvement missionnaire qui allait conduire les apôtres, notamment Paul, à Antioche, Corinthe, Éphèse et Rome, pour ne nommer que quelques exemples. À chacune de ces communautés, l’auteur accorde une attention particulière en présentant le contexte historique, politique, culturel et religieux, ce qui permet au lecteur de bien saisir les particularismes locaux dans lesquels se sont développées ces communautés. Au passage, Édouard Cothenet aborde avec simplicité et clarté certaines questions plus complexes (les groupes judéo-chrétiens aux Ier et IIsiècles, la distanciation progressive du christianisme d’avec le judaïsme, les premiers ministères et la liturgie chrétienne, les frères et sœurs de Jésus, dont Jacques le Juste, le martyr de Pierre à Rome, le conflit avec les autorités romaines et les populations locales, etc.), mais essentielles pour la compréhension des premiers développements et tribulations du christianisme. Au terme de sa présentation, l’auteur ouvre sur les communautés chrétiennes au début du IIe siècle en s’intéressant, entre autres, au Didachè et aux écrits de Clément de Rome et d’Ignace d’Antioche. Plusieurs encadrés qui ponctuent également l’ouvrage abordent de manière claire et succincte de nombreuses questions d’ordre historique (le proconsulat de Gallion), philologique (l’Évangile de Thomas, les écrits pseudo-clémentins, etc.) et archéologique (inscription de Théodotos, ossuaire de Jacques, frère du Seigneur, etc.). L’ouvrage est complété par quelques photographies en couleur, une carte des principales cités de l’Empire romain, une bibliographie sommaire et un tableau chronologique.

Si cette synthèse n’est guère innovante dans un champ de recherche qui a été « labouré dans tous les sens » (p. 9), elle se démarque nettement par sa clarté, par son style qui conserve parfois le caractère oratoire des conférences et présentations que l’auteur a donné sur ces questions, mais également par sa maîtrise du contexte historique qui embrasse de multiples communautés. L’ouvrage d’Édouard Cothenet peut ainsi être considéré comme un incontournable pour les lecteurs moins expérimentés qui désirent mieux comprendre les origines des communautés chrétiennes et le développement du christianisme primitif.

Un compte-rendu de Steeve Bélanger

Édouard Cothenet, Communautés chrétiennes du Ier siècle, Paris, Salvator, 2015, 219 p.

ISBN : 9782706712104
Prix : 34,00 $

A propos de l'auteur

Nombre d'entrées : 23

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page