Vietnam : Le père François-Xavier Truong Buu Diep et l’église de Tac Say Reviewed by Phuoc Thien Tran on . À l’été 2014, notre collaborateur Phuoc Thien Tran a eu l’occasion de voyager au Vietnam, pays qui l’a vu naître et grandir. Ce fut son premier retour en terre À l’été 2014, notre collaborateur Phuoc Thien Tran a eu l’occasion de voyager au Vietnam, pays qui l’a vu naître et grandir. Ce fut son premier retour en terre Rating: 0
Vous êtes ici:Accueil » Dossiers » Vietnam : Le père François-Xavier Truong Buu Diep et l’église de Tac Say

Vietnam : Le père François-Xavier Truong Buu Diep et l’église de Tac Say

À l’été 2014, notre collaborateur Phuoc Thien Tran a eu l’occasion de voyager au Vietnam, pays qui l’a vu naître et grandir. Ce fut son premier retour en terre d’origine depuis sa venue au Québec lorsqu’il avait huit ans. Lors de son périple, Phuoc Thien en a profité pour explorer la diversité religieuse vietnamienne. De retour en sol québécois, il nous propose le fruit de ses recherches sous forme de photoreportages.

 

Dans ce premier article d’une série de plusieurs, je vous propose de découvrir une figure religieuse importante du Vietnam, le père François-Xavier Truong Buu Diep. Vous découvrirez en image un premier lieu que j’ai visité, l’église de Tac Say, où le père Truong y a vécu la plus grande partie de sa vie et où repose aujourd’hui ses restes.

Père François-Xavier Truong Buu Diep (1897-1946)

Le Père François-Xavier Truong Buu Diep est né le 1er janvier 1897. Il a été baptisé le 2 février 1897 dans le fief de My Loi, le village de My Luong, district de Cho Moi, province d’An Giang. En 1904, après le décès de sa mère, son père et lui quittèrent le Vietnam pour aller vivre au Cambodge, dans la ville de Battambang. Quelques années plus tard, en 1909, Buu Diep entra à l’école catholique de Nam Vang où il fut ordonné prêtre en 1924. Après plusieurs années de service dans différents diocèses, il s’installa en 1930 à Tac Say, dans le diocèse de Can Tho, jusqu’à la fin de sa vie en 1946.

L’année 1945 marqua le début de la guerre d’Indochine, opposant l’armée française et le Parti communisme indochinois (actuellement le Parti communisme vietnamien). La région était complètement occupée par le Vietminh, organisation politique et paramilitaire mise en place par le parti communisme indochinois. Les Vietminh développaient une haine raciale envers les Français et tout ce qui avait rapport à ces derniers. Dans ce cas-ci, la « haine » se concentrait sur la religion catholique vietnamienne, héritage laissé par les Français.

« Zélé, proche de ses fidèles et animé par un grand esprit missionnaire », le père Truong Buu Diep refusait d’écouter les conseils de ses confrères lui suggérant de cesser ces activités de missionnaire. Il fut capturé par les Vietminh et emprisonné avec plus de 70 autres personnes, catholiques et non-catholiques. Enfermés dans un grenier de riz, tous les prisonniers attendaient d’être exécutés. C’est emprisonné que le père Truong Buu Diep aurait proposé d’échanger sa vie contre les 70 autres personnes avec qui il était emprisonné. Quelques jours après, on découvrit près d’un étang son corps mutilé et sa tête décapitée. Ensuite, les gens ont secrètement enterré son corps à l’église de Khuc Treo. C’est seulement en 1969 que son corps a été ramené et enterré à l’église de Tac Say, où il a vécu la plus grande partie de sa vie. Selon de nombreux témoignages, toutes les demandes qui ont été adressées au Père Diep ont été réalisées. Depuis les années 1990, l’église de Tac Say a reçu des milliers de visiteurs chaque jour. L’église reçoit des dons de partout dans le monde, comme le montrent les photos sous l’article. Au début des années 2010, l’église de Tac Say a entrepris d’importantes rénovations permettant d’accueillir des visiteurs de partout dans le monde. À droite de l’église, les responsables des lieux ont même fait construire un hôtel permettant aux publics de coucher sur place. Actuellement, des démarches ont été entamées auprès du Vatican pour en faire un saint.

Dans cette vidéo, on peut voir des croyants priant sur le tombeau de Père Buu Diep. Certains touchent à son tombeau et ensuite se frottent le corps. Cette pratique a pour but de répandre sur soi l’aura sainte du Père Diep et de purifier son corps de pécheur.

 

Les façades de l’église de Tac Say et du tombeau du père François-Xavier Truong Buu Diep :

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

 

 

 

Plusieurs représentations du père Buu Diep ainsi que des autels et autres lieux de prière qui lui sont dédiés sont visibles sur les lieux :

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

Nombreuses sont les statues à l’effigie de Jésus, dont celle-ci qui est très colorée. Elle fut offerte par une croyante vivant aux États-Unis :

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

Les apôtres de Jésus sont aussi bien représentés dans l’église et dans le tombeau. Ci-dessous, des sculptures des apôtres Jean et Pierre :

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

Des sculptures sont visibles à l’extérieur. Ci-dessous, une représentation de Jésus sur la croix, de la Sainte Famille, de Joseph et de la Vierge Marie :

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

À l’extérieur, le tombeau du père Tran Duc Hung :

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

Morceaux de l’ancien cercueil du père Buu Diep qui sont matière à culte :

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

Des plaques de remerciements sont visibles à quelques endroits :

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

Photo : Phuoc Thien Tran (LMD)

A propos de l'auteur

Collaborateur

Phuoc Thien Tran est en voie de compléter un baccalauréat intégré en sciences des religions à l’Université Laval. Il s’intéresse au développement des religions en Asie, principalement le Japon. Il porte un intérêt particulier aux nouvelles religions et aux « nouvelles-nouvelles religions » japonaises ayant émergé durant l’ère Meiji (1868) et dont l'influence se poursuit encore aujourd'hui. Son approche du phénomène religieux est essentiellement historique et anthropologique.

Nombre d'entrées : 5

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page