Simcha Jacobovici frappe encore : The Lost Gospel, Jésus et sa femme Reviewed by Jeffery Aubin on . Deux auteurs proposaient, cette semaine à Londres, un nouveau livre qui eut l’effet d’une bombe sur Internet : intitulé The lost Gospel, ce livre est coécrit pa Deux auteurs proposaient, cette semaine à Londres, un nouveau livre qui eut l’effet d’une bombe sur Internet : intitulé The lost Gospel, ce livre est coécrit pa Rating: 0
Vous êtes ici:Accueil » Actualités » Simcha Jacobovici frappe encore : The Lost Gospel, Jésus et sa femme

Simcha Jacobovici frappe encore : The Lost Gospel, Jésus et sa femme

Deux auteurs proposaient, cette semaine à Londres, un nouveau livre qui eut l’effet d’une bombe sur Internet : intitulé The lost Gospel, ce livre est coécrit par Barrie Wilson et nul autre que Simcha Jacobovici. Ce dernier avait réalisé un documentaire sur le « tombeau de Jésus » en collaboration avec le célèbre réalisateur canadien James Cameron. Ce documentaire sur le tombeau de Talpiot, qui était alors bien connu, était devenu la risée des spécialistes.

Ce livre s’inscrit dans un courant récent qui cherche à unir Jésus et Marie-Madeleine. On pense d’emblée à Dan Brown qui avait exploité ce thème dans son bestseller Da Vinci Code. On se souviendra également de la découverte d’un papyrus en 2012 qui semblait porter la mention « femme de Jésus ». Des analyses poussées sur ce papyrus avaient démontré hors de tout doute que ce texte était faux. Il en va de même du documentaire proposé par l’auteur de The Lost Gospel qui soutenait alors avoir trouvé le tombeau de Jésus. En analysant les noms qui avaient été trouvés dans le tombeau Talpiot, Jacobovici indiquait qu’il avait découvert le tombeau de Jésus et de sa famille. Rejoint au téléphone par LMD, le Professeur Louis Painchaud, spécialiste d’histoire du christianisme ancien à l’Université, a rappelé la rétractation du statisticien à qui Jacobovici avait fait appel pour démontrer qu’il était probable que les noms trouvés dans le tombeau ne pouvaient faire référence qu’à la famille de Jésus. Cette étude fondait son argumentation sur le fait que les noms trouvés, celui de Jésus, de son père Joseph, de Marie et des frères de Jésus pouvaient difficilement se retrouver dans une autre famille palestinienne du 1er siècle de notre ère. Les probabilités que ce tombeau renfermait les restes de la famille de Jésus étaient alors très élevées. Ce statisticien avait toutefois affirmé par la suite que les données obtenues de la part de Jacobovici étaient incomplètes et fausses. Or, Jacobovici frappe encore une fois…

Cette fois-ci, il propose le livre The Lost Gospel qui soutient, de nouveau, que Jésus était marié à Marie-Madeleine. Il s’agit cette fois-ci d’une entreprise originale et ambitieuse : prouver que Jésus et Marie-Madeleine étaient mariés et avaient des enfants à partir d’un texte juif, et donc non chrétien, qui romance un épisode de l’Ancien Testament, celui du mariage de Joseph et d’Aseneth la fille du Pharaon, trouvé en Genèse 41. Ce roman apocryphe juif intitulé Joseph et Aseneth n’a donc rien d’un évangile perdu comme le suggère le titre du livre. Ce texte est contenu dans un manuscrit en syriaque étudié par Wilson et Jacobovici, manuscrit qui daterait du VIe siècle à en juger par l’information divulguée par les deux auteurs, mais le texte est à coup sûr plus ancien. Le professeur Paul-Hubert Poirier, spécialiste d’histoire du christianisme ancien à l’Université Laval, nous indique qu’il s’agit d’un texte apologétique juif qui parle de la conversion d’Aseneth à la tradition juive. Les deux spécialistes de l’Université Laval, P.-H Poirer et L. Painchaud, sont unanimes: rien dans ce texte ne permet de relier Jésus et Marie-Madeleine à Joseph et Aseneth.

À en juger par l’information obtenue, ni Barrie Wilson ni Simcha Jacobovici ne sont spécialistes de syriaque ou de codicologie (science des manuscrits); on s’interroge dès lors sur la validité d’une interprétation qui défie toutes les analyses déjà proposées par les spécialistes des documents apocryphes juifs. Quoi qu’il en soit, Jacobovici frappe encore et on peut penser qu’il connaîtra un grand succès au cours des prochains jours dans les médias du monde. Mais il paraît peu probable qu’il obtiendra l’appui des chercheurs spécialisés dans ce domaine.

A propos de l'auteur

Cofondateur

Jeffery Aubin est diplômé en Études anciennes et a obtenu un doctorat en sciences des religions à l’Université Laval. Il est chercheur postdoctoral à l’Université d’Ottawa au Département d’études anciennes et de sciences des religions. Il travaille sur les Pères de l’Église, les textes apocryphes chrétiens et les hérésies. Il s’intéresse aux rapports entre les récits cosmologiques et l’éthique, aux rapports entre les religions et la société et, enfin, à la philosophie de la religion. Passionné par ces questions, il aime également analyser les questions actuelles portant sur ces thèmes.

Nombre d'entrées : 31

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page