Brahma Kumaris : Un peu d’histoire… Reviewed by Frédérique Bonenfant on .   [caption id="attachment_4785" align="aligncenter" width="368"] Lekhraj Kripalani entouré de quelques-unes de ses fidèles. | Photo : BKWSU (sous Creative   [caption id="attachment_4785" align="aligncenter" width="368"] Lekhraj Kripalani entouré de quelques-unes de ses fidèles. | Photo : BKWSU (sous Creative Rating: 0
Vous êtes ici:Accueil » Uncategorized » Brahma Kumaris : Un peu d’histoire…

Brahma Kumaris : Un peu d’histoire…

 

Lekhraj Kripalani entouré de quelques-unes de ses fidèles. | Photo : BKWSU (sous Creative Common)

Lekhraj Kripalani entouré de quelques-unes de ses fidèles. | Photo : BKWSU (sous Creative Common)

Le mouvement des Brahma Kumaris fut initié par Lekhraj Khubchand Kripalani (1876-1969) en 1937, dans un village près d’Hyderabad, dans l’actuel Pakistan. Vers l’âge de la soixantaine, à la tête d’un commerce florissant de joaillerie et d’une fortune considérable, Lekhraj fut frappé par une série d’expériences mystiques comprenant des visions, qui l’ont profondément bouleversé. Au milieu des années 1930, il commença à rassembler des gens autour de lui, des femmes surtout, pour partager ces révélations. En quelques années, le nombre d’individus assistant à ces rencontres atteignit près de 500 personnes, dont une majorité de jeunes femmes, et le groupe fut connu sous le nom de Om Mandali. La popularité des assemblées de Lekhraj fut attribuée en partie au fait que de nombreuses manifestations divines semblaient s’y dérouler, y compris dans l’assistance (transes, visions, etc.).

Se retirant définitivement du commerce en 1936 pour se consacrer entièrement à la vie spirituelle, Lekhraj fonda officiellement le mouvement Brahma Kumaris, et choisit de donner la direction administrative entièrement à des femmes. Pour assurer la survie du groupe, le fondateur transféra l’ensemble de sa fortune au mouvement naissant.

Le groupe suscita beaucoup de controverses à ses débuts et fut contraint, en 1938, de s’isoler à Karachi, une ville voisine. La communauté migra avec près de 300 membres. À la suite de la partition de l’Inde, donnant naissance au Pakistan, le groupe décida de déménager ses quartiers au Mont Abu (1950), dans le Rajasthan, où l’on trouve encore la direction spirituelle du mouvement. C’est à cette époque également qu’ils prirent le nom Prajapita Brahma Kumaris Ishwariya Vishwa Vidyalaya, ou Brahma Kumaris World Spiritual University (BKWSU), afin de mettre l’accent sur leur mission éducative.

Lekhraj, surnommé Brahma Baba, mourut au début de l’année 1969. Alors que plusieurs prédisaient l’extinction du groupe, la direction de la BKWSU choisit l’expansion internationale, dans un premier temps afin d’offrir des services aux Indiens immigrés à l’étranger. Le premier centre Brahma Kumaris (BK) à l’étranger fut ouvert à Londres en 1971. Ce fut le début de l’expansion internationale du mouvement, qui est présent aujourd’hui dans 135 pays autour du globe. Il fallut attendre l’année 1987 pour voir un premier groupe au Québec.

Retour au sommaire

La structure du mouvement

A propos de l'auteur

Collaboratrice

Frédérique Bonenfant est diplômée en philosophie, avec une spécialisation en philosophie pour enfant. Après plusieurs années en tant que coordonnatrice de projets communautaires, elle fait un retour aux études afin d'approfondir ses connaissances et ses aptitudes en matière d’organisation communautaire d’activités religieuses ou spirituelles. Ses recherches actuelles portent sur la pratique du dialogue interreligieux au niveau local, mais ses intérêts s’étendent à l’événementiel, aux nouvelles spiritualités et nouveaux mouvements religieux. Sa perspective socio-anthropologique la maintient très près du « terrain », là où les nouveaux paysages religieux s’expriment en premier lieu.

Nombre d'entrées : 31

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page