Voile intégral : comment s’y prennent les États pour légiférer? Reviewed by Monsdeorum on .   [caption id="attachment_3461" align="aligncenter" width="336"] Femme portant le niqab | Allen Photo : McInnis (Postmedia News)[/caption]   Radio-Can   [caption id="attachment_3461" align="aligncenter" width="336"] Femme portant le niqab | Allen Photo : McInnis (Postmedia News)[/caption]   Radio-Can Rating: 0
Vous êtes ici:Accueil » La religio-sphère » Voile intégral : comment s’y prennent les États pour légiférer?

Voile intégral : comment s’y prennent les États pour légiférer?

 

Femme portant le niqab | Allen Photo : McInnis (Postmedia News)

Femme portant le niqab | Allen Photo : McInnis (Postmedia News)

 

Radio-Canada a produit un dossier très pertinent sur la façon de légiférer sur le port du voile dans certains pays occidentaux. Il décrive brièvement le modus operandi de la France, du Royaume-Uni, des États-Unis et du Canada. Vous pourrez aussi y découvrir ce qui distinguent le niqab, le hidjab, la burqa et le tchador.

Voici quelques extraits (pour vous encourager à lire la suite!) :

France

Les musulmanes françaises ne peuvent donc plus « dissimuler leur visage » en public, sous peine d’une amende de 150 euros (200 $) ou d’un stage de citoyenneté. Cette mesure touche de 2000 à 3000 femmes portant la burqa ou le niqab dans ce pays.

Royaume-Uni

Aucune interdiction n’existe au Royaume-Uni – berceau du multiculturalisme – concernant le port de la burqa ou du niqab. Néanmoins, les écoles ont le droit de définir un code vestimentaire qui peut interdire le port de ces vêtements.

Canada

En 2007, lors des élections provinciales au Québec, le directeur général des élections, en réponse aux pressions exercées par les trois principaux partis politiques, a décrété qu’une femme ne pouvait voter à visage couvert, une règle qui reste en vigueur pour les élections provinciales.

États-Unis

Nos voisins américains sont eux aussi très réticents à interdire de quelque façon que ce soit le port du niqab ou de la burqa en public. Il s’agirait d’un principe contraire à celui de la liberté d’expression, à laquelle ils tiennent ardemment.

Afin d’y voir plus clair, nous vous invitons à lire ce reportage de Mathieu Gobeil sur le site de Radio-Canada.

A propos de l'auteur

Maître de la montagne

Du haut de sa montagne, Monsdeorum distribue humblement les créations inédites de ses collaborateurs

Nombre d'entrées : 380

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page