Trump, un choix de plus en plus difficile pour les évangélistes Reviewed by Jeffery Aubin on . À quelques semaines du vote présidentiel, les évangélistes ont de plus en plus de difficulté à choisir leur candidat. Si les grands ténors évangéliques réitèren À quelques semaines du vote présidentiel, les évangélistes ont de plus en plus de difficulté à choisir leur candidat. Si les grands ténors évangéliques réitèren Rating: 0
Vous êtes ici:Accueil » Actualités » Trump, un choix de plus en plus difficile pour les évangélistes

Trump, un choix de plus en plus difficile pour les évangélistes

À quelques semaines du vote présidentiel, les évangélistes ont de plus en plus de difficulté à choisir leur candidat. Si les grands ténors évangéliques réitèrent leur confiance en Donald Trump, beaucoup de femmes quittent le navire républicain et dénoncent l’inaction de leurs leaders. Rappelons qu’en 2012, pas moins de 36 % des électeurs se considéraient comme « évangélistes ».

Depuis le début de la campagne, les positions d’Hillary Clinton en matière d’avortement ne lui attirent aucunement les faveurs des évangélistes. Durant la campagne à l’investiture, la candidate démocrate a souligné le peu d’intérêt pour les menaces constantes qui pèsent sur le droit à l’avortement actuellement aux États-Unis. Elle a ramené cette question à l’avant-scène lors du neuvième débat démocrate surtout en raison des propos incendiaires du candidat républicain qui croyait que les femmes devraient recevoir une certaine forme de sanction si la procédure était bannie des États-Unis. De plus, la candidate démocrate a beaucoup mis l’accent en début de campagne sur les droits de la communauté LGBT ce qui n’était pas un sujet très prisé chez les évangélistes. Les électeurs évangéliques, traditionnellement républicains, ne trouvaient dès lors rien chez l’ancienne Secrétaire d’État qui allait les faire changer de parti. Cependant, une révélation-choc sur Donald Trump a bouleversé les intentions de vote.

Depuis le 7 octobre dernier, moment où le Washington Post a présenté une vidéo dans laquelle le candidat républicain parlait de façon très dégradante des femmes, les électeurs évangéliques se sont retrouvés face à une nouvelle réalité. Ce n’est pas la première fois dans cette campagne que l’on reconnaît à Donald Trump des propos désobligeants envers les femmes, mais cette fois-ci, les propos sont allés trop loin. Bien entendu, dans les révélations du Washington Post, Donald Trump se vantait de vouloir couché avec une femme mariée et ce, quelque mois après lui-même s’être marié pour une énième fois. Ce genre de conduite est dénoncé par les mouvements évangéliques qui sont, de manière générale, rigoristes.

C’est pourquoi on s’étonne de voir certains ténors du mouvement réitérer leur engagement auprès du millionnaire américain. Le célèbre James Dobson, fondateur de « Focus on the Family », une organisation conservatrice qui fait la promotion de valeurs familiales et qui s’oppose à l’avortement, a senti le besoin de confirmer, après la sortie de la vidéo, qu’il appuyait toujours M. Trump. Il indique par voie de communiqué que « les commentaires de M. Trump, fait de cela onze ans, sont déplorables et je les condamne entièrement », mais il ajoute qu’il déplore les positions d’Hillary Clinton sur l’avortement et que « M. Trump promet la liberté de religion et la dignité pour les fœtus ». Il en va de même pour le recteur de la Liberty University, une université conservatrice chrétienne, Jerry Falwell Jr., qui voit dans l’action du Washington Post une conspiration de la part de leaders du Parti républicain qui seraient mécontents de la candidature de Trump. Jerry Falwell Jr. indique qu’à moins que Jésus lui-même se trouve sur le bulletin de vote, les électeurs ne voteront pas pour quelqu’un de parfait et rappelle que tous sont pécheurs.

capture-decran-2016-10-11-a-13-42-56Certaines personnalités féminines évangéliques ont en revanche été très bruyantes en réponse à la publication de la vidéo. C’est le cas de Rachel Held Evans, auteure du livre « A year of Biblical Womenhood » qui affirme sur Twitter que le support octroyé par le recteur de Liberty University n’est rien de moins qu’une « claque à la figure » envers ses étudiantes. Elle ridiculise également les propos de M. Falwell et note que la droite évangélique l’envoie en enfer en raison de son vote pour Hillary Clinton. Mais la situation est difficile comme l’affirme Nish Weiseth, auteure et blogueuse; elle indique que depuis qu’elle parle activement à propos de l’élection – et elle n’hésite pas pour montrer son désaccord avec Donald Trump – elle a perdu certains engagements. capture-decran-2016-10-11-a-13-35-04

Plusieurs autres femmes influentes du mouvement évangélique rappellent maintenant aux leaders du mouvement, comme Jerry Falwell Jr. et James Dobson, qu’ils doivent réévaluer leurs positions. Comme le souligne Dr Russell Moore, les femmes impliquées dans le mouvement ont passé leur vie à enseigner aux jeunes filles à trouver leur identité dans le Christ et non pas dans l’hypersexualisation. Aujourd’hui, ces femmes sont tout simplement horrifiées que les leaders de leur dénomination ne dénoncent pas les propos et la personne de Donald Trump.

Le choix des femmes évangéliques semble de moins en moins difficile, car si l’on regarde bien la candidature d’Hillary Clinton, ce qu’elle propose en matière d’avortement est de conserver les acquis; il s’agit dès lors du statu quo. Il y a fort à parier que les femmes évangéliques se laisseront peut-être tenter par le Parti démocrate à la lumière des propos du candidat républicain.

Afin de voir si ces femmes auront une influence qui atteindra la base électorale du Parti républicain, il faudra attendre les exit polls[1] et examiner de plus près le vote féminin évangélique. Quoi qu’il en soit, si une partie du vote évangélique a toujours été une chose sûre pour les républicains, le comportement de Donald Trump semble évidemment l’ébranler.

[1] Les exit polls sont des sondages effectués auprès des électeurs à la sortie des urnes le jour même de l’élection.

A propos de l'auteur

Cofondateur

Jeffery Aubin est diplômé en Études anciennes et a obtenu un doctorat en sciences des religions à l’Université Laval. Il est chercheur postdoctoral à l’Université d’Ottawa au Département d’études anciennes et de sciences des religions. Il travaille sur les Pères de l’Église, les textes apocryphes chrétiens et les hérésies. Il s’intéresse aux rapports entre les récits cosmologiques et l’éthique, aux rapports entre les religions et la société et, enfin, à la philosophie de la religion. Passionné par ces questions, il aime également analyser les questions actuelles portant sur ces thèmes.

Nombre d'entrées : 33

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page