Le jugement sur la prière à Saguenay affectera la liberté de conscience selon le MLQ Reviewed by Monsdeorum on . D'après le Mouvement laïque québécois (MLQ), la décision de la Cour suprême du Canada au sujet de la controversée prière du maire Jean Tremblay avant les séance D'après le Mouvement laïque québécois (MLQ), la décision de la Cour suprême du Canada au sujet de la controversée prière du maire Jean Tremblay avant les séance Rating: 0
Vous êtes ici:Accueil » Actualités » Le jugement sur la prière à Saguenay affectera la liberté de conscience selon le MLQ

Le jugement sur la prière à Saguenay affectera la liberté de conscience selon le MLQ

D’après le Mouvement laïque québécois (MLQ), la décision de la Cour suprême du Canada au sujet de la controversée prière du maire Jean Tremblay avant les séances du conseil municipal de la ville de Saguenay aura des répercussions sur la liberté de conscience au Québec. « Dans moins d’une semaine, la Cour suprême aura à trancher sur deux enjeux importants pour l’ensemble de la société québécoise soit le respect de la liberté de conscience des citoyens, droit reconnu par les chartes canadienne et québécoise et la neutralité de l’État et des institutions publiques à l’égard des religions », peut-on lire dans un communiqué de presse diffusé le 7 octobre dernier. Le MLQ souhaite que la prière publique cesse et fera entendre sa cause devant la Cour suprême le mardi 14 octobre prochain. La cause portera aussi sur la présence de symbole religieux à l’Hôtel de Ville de Saguenay.

L’affaire a débuté lorsque le maire Tremblay a refusé de cesser la prière lors du conseil municipal à la demande de M Alain Simoneau, un citoyen de la ville de Saguenay. Ce dernier avait déposé une plainte en 2007 à la Commission des droits de la personne pour que les élus de Saguenay cessent une telle pratique. Le plaignant avait aussi demandé le retrait des symboles religieux visible dans l’Hôtel de Ville et réclamait 150 000 $. En 2011, la juge Michelle Pauzé du Tribunal des droits de la personne avait ordonné au maire de Saguenay de cesser la prière, de retirer les symboles religieux et de remettre 30 000 $ en dédommagement à M Simoneau. La Cour d’appel a annulé cette décision en mai 2014, en signifiant que la prière publique ne compromettait pas la neutralité de la Ville.

Le maire de Saguenay aurait affirmé au Journal de Québec que l’affaire coûtera à la ville 125 000 $ en frais d’avocat et 10 000 $ en frais accessoires. Près de 113 000 $ auraient été déjà amassés. Le MLQ est aussi en campagne de financement pour payer ses frais estimés à 100 000 $.

Via L’actualité.

 

 

A propos de l'auteur

Maître de la montagne

Du haut de sa montagne, Monsdeorum distribue humblement les créations inédites de ses collaborateurs

Nombre d'entrées : 391

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page