Le dos large religieux Reviewed by Hugues St-Pierre on . Dernièrement, une amie travailleuse sociale m’a demandé de lui parler un peu d’un mouvement, d’un ordre religieux, que je ne nommerai pas. Elle m’a demandé si j Dernièrement, une amie travailleuse sociale m’a demandé de lui parler un peu d’un mouvement, d’un ordre religieux, que je ne nommerai pas. Elle m’a demandé si j Rating: 0
Vous êtes ici:Accueil » Blogues » Le dos large religieux

Le dos large religieux

Dernièrement, une amie travailleuse sociale m’a demandé de lui parler un peu d’un mouvement, d’un ordre religieux, que je ne nommerai pas. Elle m’a demandé si je connaissais ce groupe, pour être plus précis. « Moui, pourquoi » ai-je demandé? J’ai alors appris que les parents d’un des jeunes qu’elle aide font parties du groupe en question, et que ce jeune « était pris là-dedans », car les parents font pressions à leur adolescent. Je lui ai donc dit que ce groupe était, à ma connaissance, un peu bizarre. Mon amie m’a alors dit que le jeune était bien normal, avec une amie de cœur stable et sans antécédent de drogues, mais que ses parents le considèrent comme dépravé. Un manque de pureté selon eux. Le jeune aurait fait part de son impression d’un manque flagrant de communication avec ses parents. En sautant plusieurs détails, disons simplement que mon amie tente de trouver une solution à cette situation.

Mon échange avec mon amie a fait sonner une cloche en moi. Je lui ai donc fait part d’un « avertissement » que j’ai décidé de partager [et d’extrapoler] publiquement :

La situation vécue par le jeune est délicate, car ce qui m’a été rapporté concorde effectivement avec ce qu’on peut entendre sur le milieu religieux dont sont membres les parents. Toutefois, il faut se rappeler que si des gens vont dans un milieu X, qu’il soit religieux, politique ou communautaire, c’est souvent parce que ce milieu correspond à leurs valeurs. Les gens s’y retrouvent. Ils n’y sont pas nécessairement forcés. On adhère à des valeurs. Le lavage de cerveau, concept qu’on entend souvent dans les discours de groupes « antisectaires », n’existe pas vraiment en communauté religieuse. Pour qu’il y ait qualification de lavage, il faut reconnaître l’utilisation de violence physique et psychologique. Par exemple, enfermer une personne dans une salle et lui répéter sans cesse telle ou telle chose jusqu’à ce qu’elle craque et affirme d’elle-même telle ou telle chose. Cela étant dit, il n’a pas été question de lavage avec l’histoire de mon amie, mais je crois juste qu’il fût pertinent de mentionner la chose au passage. Je lui ai toutefois dit que, qu’il y ait religion ou pas, les parents du jeune agiraient possiblement de la même façon comme ils le font actuellement. La religion a parfois le dos large, car au final, à mon humble avis, un connard reste un connard. Religion ou pas, un batteur de femmes est un batteur de femmes et un meurtrier est un meurtrier, point. Comprendre la religion qui a visiblement une place dans la vie des gens en conflit reste malgré tout pertinent. Cela permet de mieux cerner les valeurs des gens et leurs agissements. La perception qu’ont les gens de ces valeurs est aussi importante. Ce n’est pas parce qu’une personne dit qu’elle agit d’une certaine façon pour un dieu quelconque que le groupe entérine cette action. De plus, je suis d’avis que l’utilisation de termes à connotation religieuse pour parler d’une situation donnée (l’impureté par exemple) n’est souvent qu’un simple canal servant d’outil pour exprimer une idée (un asynchronisme en matière de style de vie, peut-être?).

Il faut donc prendre en compte plusieurs variables et éviter de viser la religion comme étant l’unique source de problèmes. Les rapports humains et l’humain en soi sont complexes et il faut réfléchir, selon moi, en conséquence et y apporter des raisonnements qui sortent de la facilité. Il faut penser « hors de la boîte », surtout quand un groupe religieux est d’apparence marginal.

keep-calm-and-think-outside-the-box-7

A propos de l'auteur

Cofondateur

Hugues St-Pierre est diplômé en philosophie ainsi qu’en sciences des religions, programme dans lequel il poursuit aujourd'hui à la maîtrise. Ses intérêts sont principalement orientés vers les analyses discursives, la sexualité et les phénomènes religieux contemporains. Un faible penchant pour la philosophie et l'anthropologie des religions se fait aussi sentir. En tant qu'homme d'idée, Hugues St-Pierre est toujours sur la route de l'univers des possibles à la recherche de projets ambitieux. Il est, entre autres, l'instigateur et l'un des quatre cofondateurs du site Internet de LMD.

Nombre d'entrées : 31

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page