La controverse acropolitaine Reviewed by Frédérique Bonenfant on . [accordions] [accordion title="Sommaire"]-Introduction -Origine de Nouvelle Acropole -Structure du groupe -Croyances, dogmes et vision du monde -Rituels et céré [accordions] [accordion title="Sommaire"]-Introduction -Origine de Nouvelle Acropole -Structure du groupe -Croyances, dogmes et vision du monde -Rituels et céré Rating: 0
Vous êtes ici:Accueil » Dossiers » La controverse acropolitaine

La controverse acropolitaine

260px-Nouvelle_Acropole

Certains se souviendront peut-être de la nouvelle en avril 2013, annonçant une mobilisation d’étudiants du Cégep Garneau prenant d’assaut un local où devait se dérouler le cycle de conférences philosophiques d’une association connue sous le nom de Nouvelle Acropole. Les accusations portées envers la supposée « secte néo-fasciste » faisant du prosélytisme dans un établissement scolaire ont rapidement fait le tour des médias sociaux et le nom de Nouvelle Acropole se retrouvait une fois de plus à faire les manchettes pour des motifs injustifiés. Force est de constater, effectivement, qu’au fil de recherches rapides l’internaute moyen accède à une foule d’articles virulents sur le mouvement international qui fait face à de nombreuses médisances, notamment en Belgique et en France où ils sont considérés comme un mouvement sectaire par des organismes tels que l’Union Nationale des Associations de Défense des Familles et de l’individu Victimes de Secte (UNADFI). À Québec, il existe même une association virtuelle luttant contre ce mouvement en particulier, alliant désinformation et pétitions aux autorités de la ville pour faire cesser les activités de Nouvelle Acropole. Le Centre de Ressource et d’Observation de l’Innovation Religieuse de l’Université Laval (CROIR) possède un dossier sur Nouvelle Acropole apportant un tout autre regard sur ce groupe stigmatisé. Un petit tour d’horizon sur ce mouvement mal aimé s’impose aujourd’hui*.

Origine de Nouvelle Acropole

L’association Nouvelle Acropole fut fondée en 1957 à Buenos Aires, en Argentine, par le philosophe Jorge Angel Livraga Rizzi (1930-1991) et son épouse, Ada Albrecht. Certaines sources externes, telles que le Dictionnaire des groupes religieux aujourd’hui et le site Internet Prévensecte, proposent plutôt une date de fondation fixée en 1971 au Pérou. Les raisons de cette divergence restent floues.

Jorge Angel Livraga RizziL’association offrait à la base des cours de philosophie, et a rapidement étendu son influence en Amérique latine, puis en Europe. L’Organisation Nouvelle Acropole France (ONAF) fut créée en 1973 par l’anthropologue Fernand Schwarz (1951) ‒ qui dirige toujours la fédération française, et offre encore à ce jour de nombreuses conférences partout dans le monde. Le siège social de l’Organisation internationale Nouvelle Acropole (OINA) a été déplacé à Bruxelles en 1990, un an avant le décès de Livraga Rizzi, son fondateur. La direction du mouvement fut reprise par l’actuelle présidente internationale, Délia Steinberg Guzman, une musicienne engagée, originaire d’Espagne. Le premier groupe Nouvelle Acropole enregistré au Canada fut celui de Montréal, fondé en 1984 par Denis Bricknet et son épouse, Catherine Guillerme. Malgré quelques petits groupes disséminés aux États-Unis et au Canada, le mouvement n’est pas aussi répandu en Amérique du Nord que chez nos voisins du Sud ou même en Europe.

Structure du groupe

L’organisation préfère être considérée comme une école philosophique et non comme un mouvement religieux. Nouvelle Acropole réunit au sein d’une fédération internationale (OINA) les associations des différents pays adhérant à sa charte constitutive et à ses principes d’action. Chaque association Nouvelle Acropole paie une cotisation à l’OINA et fixe le montant de la cotisation pour ses membres selon les réalités locales. La carte de membre donne accès aux cours de philosophie (payants) et aux activités culturelles  organisées par les associations à travers le monde (gratuites pour les membres). L’engagement au sein des associations Nouvelle Acropole est bénévole, y compris pour les structures administratives.

NA_Citation_1Il existe peu de données concernant la structure administrative de Nouvelle Acropole. Cela laisse place à beaucoup d’interprétations, principalement de la part de groupes antisectes européens. Se fondant sur des écrits du fondateur datant de 1969 (principalement le Manuel du dirigeant), certains de ces groupes ont dénoncé une structure à double visage, la face interne étant de forme pyramidale et strictement hiérarchisée. Les anciens écrits de Livraga ont servi à alimenter le mythe d’une organisation fasciste, raciste et élitiste, ce qui est démenti par une grande majorité de membres sortants. Bien que l’association Nouvelle Acropole ait renié publiquement son lien avec certains écrits controversés de son fondateur, les critiques virulentes continuent à circuler et à alimenter une controverse tenace.

Croyances, dogmes et vision du monde

Le terme « acropole » fait référence au « haut lieu » situé à l’intérieur de l’être humain, siège du meilleur potentiel de l’homme, et par analogie le point de convergence de toutes les philosophies, religions et disciplines artistiques d’une société.

À la base, Nouvelle Acropole tente de renouveler un certain intérêt pour la philosophie et la culture en général, ce q3_Cerclesui explique le large éventail de notions abordées dans les cours offerts aux membres. Les références à la philosophie grecque y sont nombreuses (Platon, les stoïciens), mais elles sont généralement abordées à travers une vision ésotérique inspirée par la société de théosophie de Mme Blavatsky. Les cours sont classés en différents cycles d’études selon le degré ésotérique des matières abordées. Les cours dispensés aux cycles supérieurs sont nettement influencés par la théosophie (cosmogénèse, symbolisme, astrologie), ce qui explique en partie la réaction virulente de certains penseurs envers les prétentions philosophiques de Nouvelle Acropole. Les idées conservatrices que véhiculent parfois les groupes (telles la critique du système démocratique ou la vision élitiste de l’éducation) ont alimenté le mythe d’un agenda idéologique caché.

C’est en faisant découvrir la philosophie et les arts au plus grand nombre que Nouvelle Acropole travaille à une renaissance culturelle incluant le retour aux valeurs traditionnelles de la philosophie « classique », non pas en référence à la période dite classique de la philosophie, mais plutôt à une idéalisation du modèle antique d’une philosophie en tant que mode de vie. L’ensemble du travail au sein de l’organisation vise le développement de « l’homme authentique », perçu comme étant celui qui sait allier connaissance de soi, conscience sociale et rigueur morale. Les applications pratiques des enseignements sont mises de l’avant avec des exercices concrets et une incitation à participer aux activités de la communauté.

Rituels et cérémonies

Il n’existe pas de rituels propres au mouvement Nouvelle Acropole. Les adversaires du mouvement dénoncent la ritualisation des rencontres d’un prétendu palier administratif secret appelé « corps de sécurité », avec salut militaire, uniforme et culte du fondateur. Cette dénonciation est inspirée de documents dans lesquels transparait une idéalisation fanatique du mouvement que l’un des anciens membres aurait tenté d’instaurer en 1977. Nouvelle Acropole tente en vain depuis plusieurs années de se dissocier de ces documents et idéologies radicales.

Éthique et pratiques

Les activités de Nouvelle Acropole tournent généralement autour des trois axes principaux que sont l’école de philosophie, les activités à caractère culturel et le volontariat.

Les écoles philosophiqSignCaféPhilo21ues, tel que nous l’avons mentionné, offrent à l’échelle locale un programme comprenant en moyenne une dizaine de leçons sur des sujets philosophiques et/ou spirituels tels que la connaissance de soi et les sagesses égyptiennes, grecques, bouddhiques ou hindoues. En France, Nouvelle Acropole peut offrir jusqu’à sept cycles d’études philosophiques, dont les thèmes vont de la philosophie pratique aux sciences dites « traditionnelles » (astrologie, alchimie, maïeutique). Les cours de philosophie représentent généralement la première voie d’accès aux mouvements Nouvelle Acropole. Les étudiants terminent leur session avec un exposé dont le thème porte sur le mouvement et un entretien privé servant à évaluer leur désir d’implication au sein de l’organisation.

Les centres Nouvelle Acropole offrent également au niveau local un programme d’activités publiques visant la promotion de la philosophie (Journées de la philosophie, cafés-philo) et de la culture (expositions, conférences).  Ce type d’activités bénéficie régulièrement de l’apport de conférenciers ne faisant pas partie de l’organisation.

Nouvelle Acropole encourage également ses membres à donner de leur temps à la communauté en participant aux activités de bénévolat de l’organisation, à l’aide humanitaire ou aux autres actions communautaires organisées en collaboration avec leur milieu (assistance aux démunis, popotes, aide aux aînés, aide humanitaire, etc.). Les bénévoles s’affichent ouvertement comme faisant partie de l’organisation Nouvelle Acropole.

Controverses et présence dans les médias

Nouvelle Acropole a suscité beaucoup de controverse sur la place publique, particulièrement en France où le mouvement a été la cible de plusieurs groupes antisectes. Dans une poursuite pour diffamation entamée par l’Organisation Nouvelle Acropole France (ONAF) en 1982, le jugement du Tribunal de grande instance de Paris a accusé les plaignants de masquer la nature et finalité de l’organisme, « révélées non pas par son activité culturelle véritable, mais par des textes à usage interne écrits par son fondateur ». L’appui juridique aux jugements d’hypocrisie des groupes Nouvelle Acropole sert encore aujourd’hui d’argument aux détracteurs, d’autant plus qu’il fut l’argument principal justifiant la mention de la Nouvelle Acropole dans le rapport Vivien (1983) et le rapport parlementaire de 1996 sur les sectes en France, principaux documents recensant les groupes à tendances sectaires. Des groupes tels que l’UNDAFI propagent encore aujourd’hui l’image d’un mouvement possédant un profil paramilitaire, fasciste, voire même néo-nazi (alors que le président du mouvement français est juif!).

Les dérives réelles des Nouvelles Acropoles sont pourtant inexistantes, et l’Organisation Internationale Nouvelle Acropole (OINA) veille de près à ce que toutes les organisations locales respectent à la lettre les lois et réglementations auxquelles elles sont soumises. Les accusations provenant des groupes antisectes reposent sur des sources anciennes et mal documentées. Les discours des apostats, loin de décrire un mouvement dangereux, font davantage allusion à une idéologie qui ne leur convient plus ou à l’importante implication plutôt exigeante en termes de temps et d’argent au sein de l’organisme.

Que les citoyens de Québec dorment en paix : bien que les cours « philosophiques » de Nouvelle Acropole puissent être fortement critiqués pour leur contenu et leur prétention scientifique, la prétendue dangerosité de ce mouvement n’est heureusement pas appuyée par les témoignages d’anciens membres ni par les recherches approfondies de nos spécialistes des religions.

*Cet article est une version modifiée d’un texte de la même auteure réalisé dans le cadre d’une recherche du Centre de Ressources et d’Observation de l’innovation Religieuse. Pour plus d’information sur le groupe :

logo_CROIR

 

Nouvelle Acropole en bref

Autre appellations : New Acropolis, Organisation Internationale Nouvelle Acropole (OINA)

Fondateur : Jorge Angel Livraga Rizzi (1930-1991)

Date de création : 1957, à Buenos Aires

Organismes affiliés : Organisation Nouvelle Acropole France (ONAF) est la branche la plus ancienne (1973) et la plus documentée du mouvement international. Café-philo Montréal et la revue mensuelle Acropolis.

Date d’implantation au Québec : 1984

Incorporation/statut légal Québec : immatriculée en 1995, association personnifiée régie par la loi sur les compagnies. Objectifs :

  • Promouvoir un idéal de fraternité universelle, basée sur le respect de la dignité humaine, au-delà des différences raciales, sexuelles, culturelles, religieuses, sociales, etc.
  • Éveiller l’amour de la sagesse qui, par l’étude comparée des philosophies, des religions, des sciences et des arts, amplifie la connaissance de l’univers, de la nature et de l’être humain.
  • Concrétiser le meilleur du potentiel humain, en favorisant la pleine réalisation en tant qu’individu et l’intégration dans la nature et la société, non pas en tant que spectateurs, mais en tant qu’acteurs dans un monde à améliorer. Le travail individuel et collectif permet d’être meilleur et d’agir de manière durable au profit du développement humain de la société.

Références

Association Daguerrosecte, La nouvelle Acropole. Apparence et réalité d’une secte doublement dangereuse, Paris, [s.é.] 1990.

Bayard, Jean-Pierre, Les sociétés secrètes et les sectes, Paris, Philippe Lebaud, 1997.

Centre Roger Ikor, Les sectes, état d’urgence. Mieux les connaître, mieux s’en défendre en France et dans le monde, Paris, Albin Michel, 1995.

Cotta, Jacques, Pascal Martin, Dans le secret des sectes, Paris, Flammarion, 1992.

Introvigne, Massimo, « Démissionnaires, partants ordinaires et apostats. Une étude quantitative auprès d’anciens membres de Nouvelle Acropole en France », En ligne.

Introvigne, Massimo, « New Acropolis », in Encyclopedia of New Religious Mouvements, Peter B. Clark, London, New-York, Routledge , 2008 2006.

Vernette, Jean, Claire Moncelon, Dictionnaire des groupes religieux aujourd’hui, Paris, PUF, 1995.

Livraga, Jorge A., Délia Steinberg Guzman, Fernand Schwarz et Ramon Sanchis Ferrandiz, Dangers du racisme. Réflexions autour du problème du racisme et alternatives philosophiques pour l’éradiquer, Paris, Editions Nouvelle Acropole (coll. Dossiers spéciaux #3), 1998.

New Acropolis, International Yearbook 1997, Madrid, Nueva Acropolis, 1997.

Nueva Acropolis, Anuario Yearbook 2011, Madrid, Nueva Acropolis, 2011.

http://www.acropole.ca/montreal/default.htm (Montréal)

http://www.acropolis.org

http://www.nouvelle-acropole.fr

http://www.revue-acropolis.fr

http://www.unadfi.org/nouvelle-acropole.html

http://www.prevensectes.com/na.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Nouvelle_Acropole

http://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Nouvelle_Acropole

A propos de l'auteur

Collaboratrice

Frédérique Bonenfant est diplômée en philosophie, avec une spécialisation en philosophie pour enfant. Après plusieurs années en tant que coordonnatrice de projets communautaires, elle fait un retour aux études afin d'approfondir ses connaissances et ses aptitudes en matière d’organisation communautaire d’activités religieuses ou spirituelles. Ses recherches actuelles portent sur la pratique du dialogue interreligieux au niveau local, mais ses intérêts s’étendent à l’événementiel, aux nouvelles spiritualités et nouveaux mouvements religieux. Sa perspective socio-anthropologique la maintient très près du « terrain », là où les nouveaux paysages religieux s’expriment en premier lieu.

Nombre d'entrées : 30

Commentaires (12)

  • Patrice Poudrier

    Je suis membre de Nouvelle Acropole depuis 20 ans. À l’époque où j’ai commencé, j’étais un idéaliste et je faisais partie des mouvances anarchistes. À ce moment, j’ai découvert que Nouvelle Acropole proposait non seulement des idées humanistes mais surtout qu’elle offrait la possibilité de vivre en humaniste.

    Avec le temps, j’ai pu participer à une mission d’aide au Guatémala, écouter des poèmes récités en farsi (langue de l’Iran), assiter à un concert où russes et ukrainiens chantaient en chœur, danser des danses éthiopiennes et indiennes, jouer un match de soccer multiethnique où même en s’affrontant, régnait la concorde. Tout cela organisé par Nouvelle Acropole.
    J’ai moi-même organisé des excursions écologiques en forêt, des voyages à l’étranger pour découvrir ce que la nature et les autres cultures ont de magnifique, et donné des conférences sur des thèmes qui rejoignent cette grande valeur qu’est l’humanisme.

    J’ai œuvré continuement avec des gens qui donnent généreusement leur temps pour participer de cet humanisme.

    C’est cela que j’ai trouvé à Nouvelle Acropole.

    Bien sûr dans mes 20 ans de membre, j’ai pu voir et entendre toutes les médisances qui sont véhiculées contre Nouvelle Acropole. Rumeurs sans fondement qui effraient les plus timides et excitent les plus belliqueux. Mais dans un cas comme dans l’autre, ces rumeurs ne trouvent racine que dans la grande naïveté des gens qui se contentent de peu (pour ne pas dire rien) pour juger de quelque chose dont ils ignorent tout.

    Répondre
  • Pierre Lemasson

    Merci pour cet article bien documenté.
    Pour ma part, je peux confirmer que le programme des cours de Nouvelle Acropole est de très bon calibre. Il s’appuie sur une approche réellement éclectique de la philosophie et du patrimoine spirituel de toutes les cultures de l’humanité.
    Les cours invitent toujours à l’expérimentation dans la vie courante. Il intéresse les citoyens qui veulent être acteurs de changements en apprenant à se qualifier eux-mêmes.

    Répondre
  • Marco Boudard

    « La voie facile est de croire à des rumeurs et de les propager sans prendre le temps de réfléchir.
    Ce qui est difficile, c’est de chercher la vérité sans préjugés. Cela demande du temps, des efforts, de l’objectivité…
    Cet article est donc le résultat d’un bon travail d’investigation sur Nouvelle Acropole. »

    Répondre
  • Joel Bouchard

    Dans notre société, on parle beaucoup des grandes valeurs humaines, de l’éthique, etc. Cependant ce qu’on constate est qu’il y a beaucoup de corruption et de mensonge. La voie facile est de tout mettre dans le même panier et de banaliser des organismes comme Nouvelle Acropole qui veulent vivre les valeurs humaines, et non seulement en parler. Je suis content de cet article qui offre la possibilité à chacun de se faire une idée avec plus d’objectivité.

    Répondre
  • Parth Doshi

    The internet is a wonderful tool that allows instant communication and access to all kinds of ideas and information. Based on the information we find on the internet, we also have the ability to publish our views and opinions about things, people or organizations . And then through social networks, these opinions are propagated quickly and in a mass manner. This can be very positive. This can be very useful. This is powerful.

    And so, while we all have the freedom to publish or propagate whatever we want, we all have a responsibility to ensure that we have done a deep and objective research, especially before publishing or propagating negative opinions about others. We have to question the sources of information on which we are basing our opinions. How old are the sources (of information) we are looking at? Are there other contradictory sources? Have we done a superficial or a deep research on the matter?

    New Acropolis has (and continues to) successfully conduct thousands of philosophical, cultural and volunteer activities successfully conducted by worldwide (in more than 60 countries). It is truly unfortunate that New Acropolis in Quebec made headlines for unjustified and false reasons.

    And so, thank you very much Madame Bonenfant for your in-depth research and bringing the light of objectivity in order to dispel the false accusations against New Acropolis in Quebec. I hope that reading your article will encourage everyone to overcome their fear and doubts (based on false opinions and information) and open their hearts and minds to learn more about (and even participate in) the rich human education that New Acropolis offers and the positive impacts it has in the world today!

    Répondre
  • Sophie Mongeau

    Enfin un article bien écrit, avec une recherche exhaustive et rigoureuse, et ne s’appuyant pas seulement sur des rumeurs et racontars.

    Répondre
  • Liliana Homrich

    Bravo et merci pour  cet article! Finalment quelqu’un qui a  assez de professionnalisme et qui n’a pas peur de se « mouiller » et qui a  fait son enquête elle-même et n’est pas copié  des anciennes sources mal documentées et  dépassées. Ces acusations que Nouvelle Acropole subit injustement, elles dérivent des groupes antisectes qui reposent sur des sources anciennes et mal documentées comme vous l’avez si bien expliqué. Bravo encore pour faire de la lumière!

    Répondre
  • Frédérique Bonenfant

    Merci pour ces commentaires encourageants! Bien entendu, notre souci à la Montagne des dieux est de diffuser une information juste et objective à propos des sujets que nous étudions, c’est également un réel plaisir lorsque les personnes concernées se reconnaissent dans nos travaux. L’étude des nouveaux mouvements religieux (qui parfois n’en sont pas) est un terrain délicat et sensible, en ce sens je lève aussi mon chapeau à l’équipe du CROIR de l’Université Laval qui encourage et encadre ce type de recherche à Québec. Encore une fois merci !

    Répondre
  • Mireille Houle

    Enfin, un article sensé qui parle de Nouvelle Acropole! En tant que membre de cette organisation depuis bientôt 9 ans, je peux affirmer que Nouvelle Acropole n’est vraiment pas une secte, mais plutôt un mouvement humaniste dont l’action vise à faire émerger le meilleur en chaque être humain.
    Ceci se fait à travers les études comparées des différentes philosophies d’Orient et d’Occident, d’une action de Volontariat et de la construction d’une fraternité sans distinction de race, sexe ou crédo.
    Merci à Nouvelle Acropole d’avoir le courage de poursuivre son action humanitaire malgré toute l’adversité rencontrée.
    -Mireille Houle

    Répondre
  • Jocelyn Auger

    Bonjour madame Bonenfant,

    Tout d’abord : Merci ! Enfin un article sur Nouvelle Acropole qui soit honnête et écrit avec jugement. Je suis membre de Nouvelle Acropole depuis 2001, que j’ai d’abord connu dans la ville de Québec, puis à Montréal où j’habite présentement. J’ai trouvé la diffamation dont est victime l’association dès ma rencontre avec elle, suite à des recherches sur internet. Inquiet, mais décidé à vérifier par moi-même, j’ai continué à participer des activités. Tenez-vous bien, j’ai un scoop, voici donc ce que j’ai découvert : Nouvelle Acropole est bel et bien… ce qu’elle prétend être !!
    Jamais, en 13 ans de participation active avec les bénévoles et les membres de l’administration, n’ai-je constaté la moindre vague ressemblance avec ce dont est accusé Nouvelle Acropole.

    Au contraire, j’ai été témoin, tout au long de ces années, de la cohérence entre ce qui est dit et ce qui est fait. Il n’y a pas de divergence entre la façon dont se présente Nouvelle Acropole, dans son rapport annuel par exemple (www.acropolis.org/fr/qui-sommes-nous/annuaires-internationales) et la variété d’actions réalisées. Étant un aventurier qui aime voyager, j’en ai profité pour visiter les centres de Nouvelle Acropole dans d’autres pays. Ainsi j’ai visité l’association aux États-Unis, au Pérou, au Guatemala, au Mexique, au Honduras, au El Salvador et au Costa Rica : partout j’ai retrouvé le même esprit de fraternité, de recherche et d’investigation, de dépassement de soi. Partout j’ai constaté l’amour et l’énergie de servir les autres à travers le volontariat social, humanitaire et écologique.

    Quant aux propos racistes ou dénigrants, ils n’ont tout simplement pas leur place : comme s’il était nécessaire de le démontrer, sachez que le 23 mai 2014 Nouvelle Acropole Canada participe, pour la 3e fois, à la Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement, adoptée par l’UNESCO !!

    Les bonnes actions ne retiennent l’attention de personne, alors qu’une rumeur de néofascisme qui date d’un autre siècle devient une tumeur qui résiste à tous les appels au simple bon sens.

    Franchement, en tant que membre de Nouvelle Acropole j’en ai assez d’être injustement attaqué et taxé de secte. Je me demande qui est la victime d’endoctrinement : celui qui s’efforce d’étudier les cultures, les arts, les sciences, les religions tant modernes que classiques, d’orient et d’occident, pour avoir une vision globale, ou bien celui qui navigue quelques sites internet qui calomnient Nouvelle Acropole, pour s’en faire une opinion qui sera considérée comme une vérité ?

    Si au moins la polémique était au niveau des idées, de ce que nous sommes ; car tout le monde a le droit d’être en désaccord avec notre vision du monde et de l’être humain. Par exemple, nous ne sommes pas matérialiste et considérons l’être humain comme étant irréductiblement corps, âme et esprit, et que c’est justement cette dimension de l’âme et de l’esprit qui donne à l’homme sa dignité ; dimensions qu’il faut redécouvrir pour un monde non seulement nouveau, mais meilleur.

    J’invite personnellement toute personne intéressée à en apprendre davantage à nous rencontrer, en personne, lors d’une des nombreuses activités culturelles (causerie, conférence, atelier, café philo, kiosque d’information) organisées tous les mois.

    Encore une fois, merci madame Bonenfant !
    Jocelyn Auger

    Répondre
  • Michel Binette

    Merci pour votre recherche qui démontre une objectivité et une rigueur exemplaire mais merci surtout pour votre ouverture d’esprit pour aller au-delà des apparences et des préjugés. C’est ce dont notre monde à besoin.

    Répondre
  • Charles Goyette

    Je vous félicite pour la publication d’un article bien documenté et objectif au sujet de Nouvelle Acropole. C’est une des rares fois où j’ai pu consulter un article sérieux et indépendant au sujet de cette organisation, un article qui ne sombre ni dans les stéréotypes ni dans le colportage de rumeurs sensationnalistes.

    Par ailleurs – et ceci est une marque rare d’honnêteté et de courage – votre article n’est pas anonyme! Alors que la plupart des articles et des témoignages sont anonymes, donc invérifiables et sans objet.

    Répondre

Laisser un commentaire à Michel Binette

Retour en haut de la page